André Frère Éditions

Regla

Nicolas Lo calzo

35,00 €

Catégorie : .
  • Photographies: Nicola Lo Calzo
  • Textes: Nicola Lo Calzo, Ivor Miller, Papá Humbertico
  • 144 pages
  • 19 x 24 cm
  • 70 photographies en quadrichromie
  • Relié, couverture rigide
  • Français / Espagnol
  • 35€
  • ISBN: 979-10-92265-60-6
  • Parution : 12 septembre 2017

Les images saisissantes de Regla de Nicola Lo Calzo nous transportent immédiatement au cœur de Cuba.

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_1

Dans Ekue, les masques des ancêtres revivent; palenque nous plonge dans les camps des rescapés des plantations européennes. Enfin, comparsa fait vivre des troupes de danseurs de carnaval sélectionnés par les «groupes nationaux» de l’Afrique coloniale. Les figures spirituelles de protection sont omniprésentes dans leurs formes catholiques, indigènes et africaines.

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_2

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_3

Nicola Lo Calzo nous montre aussi le fort (un exemple de l’architecture coloniale), le cheval (le système de transport ibérique), ainsi que les costumes européens féodaux recyclés par les colonisés en signe de prestige dans les systèmes de protection dérivés de l’Afrique où les vrais chefs sont les tambours sacrés – fed – qui protègent de la police et sont honorés par des générations d’initiés.

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_4

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_5

Le photographe se tourne alors habilement vers les francs-maçons (migrants européens qui se joignirent à la cause de l’indépendance) et les rites de l’Abakuá ou de la franc-maçonnerie africaine (une palenque autonome, hermétique, mâle et urbaine) visiblement plus populaire que les signes de «modernité» comme le hip-hop, téléphone portable ou skateboarding que les jeunes apprécient.

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_6

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_7

«La rumba no es como ayer» (La rumba n’est plus ce qu’elle était). Ainsi chantaient les anciens en signe de provocation et d’enseignement. Mais la rumba continue à exister dans l’inconscient cubain des descendants du peuple des palenques, les esclaves, les rebelles, profondément enracinés dans les fondamentaux, les fondations spirituelles importées il y a des siècles, à des fins de protection et de guérison, par les Africains forcés à émigrer.

regia-nicolas-lo-celzo-andre-frere-editions_8

Nicola nous présente une vue magnifique de l’incertitude cubaine dans laquelle les thèmes de «marronnage» et de résistance offrent une alternative aux tours jumelles du régime communiste et du tourisme exotique qui, tous les deux, utilisent le folklore d’une façon caricaturale. Opposée à cela, l’Abakuá, autonome et toujours vivante, représente le remède à l’incertitude, en répondant à la question rhétorique des Kongos cubains: ¡¿Somos o no somos?! (Sommes-nous, oui ou non?) – Ivor L. Miller