André Frère Éditions

Couverture de l’ouvrage «Anders Petersen» par Christian Caujolle publié aux Éditions André Frère

Anders Petersen

Christian Caujolle

19,50 €

Catégorie : .

anders-petersen-christian-caujolle-andre-frere-editions-1

Ce n’est pas un entretien; à bâtons rompus, c’est un échange, une longue discussion sur la photographie, sur la vie, les valeurs, les influences, celles de Christer Strömholm, de Daydo Moriyama…

anders-petersen-christian-caujolle-andre-frere-editions-2

L’essentiel dans le cas d’Anders Petersen est de restituer sa parole, avec ses hésitations, ses magnifiques doutes, ses convictions, son authenticité, sa détermination. Il se met généreusement à nu, sans esquive, butte sur un mot, éclate de rire, avale une gorgée de bière, puis affirme: «je suis chaotique. Mais c’est sans doute ce qu’il faut».

anders-petersen-christian-caujolle-andre-frere-editions-3

L’ancien élève et ami de Christer Stromhölm reste comme toujours attaché à l’humain, à son énigme, à sa solitude et à la profondeur des sentiments complexes qu’il a su mettre en évidence aussi bien à l’hôpital psychiatrique qu’en prison. Pour aboutir à cette profonde «vérité», il vit avec ceux qu’il photographie. Il résume parfaitement le dilemme qui est le sien: «Je sais que pour faire de bonnes photographies, pour être à la distance juste, il faut que j’aie un pied dedans et un pied dehors. Mon problème, c’est que je finis toujours par avoir les deux pieds dedans!»

anders-petersen-christian-caujolle-andre-frere-editions-4

Cela date du tout début, quand, en 1967, il s’installe pour trois ans dans un bistrot du port de Hambourg, le café Lehmnitz, hanté par les marins en goguette, les prostituées, les paumés et les alcooliques du quartier. Là, on boit, on danse, on s’aime, on pleure, on chante. Anders vit là, prend des photos au vol et dresse un portrait bouleversant d’une humanité en dérive qu’il aime profondément. Et il révèle, dans des situations de marginalisation, une intensité et une vérité rares des sentiments.

«Poète d’un monde souvent noir, raisonnable à sa manière parce qu’excessif, Anders Petersen est en constante prise de risque.»
Christian Caujolle.

anders-petersen-christian-caujolle-andre-frere-editions-5

anders-petersen-christian-caujolle-andre-frere-editions-6

Né le 26 février 1953, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Saint Cloud, Christian Caujolle est élève et collaborateur de Michel Foucault, Roland Barthes, Pierre Bourdieu.
Après avoir été critique et rédacteur en chef chargé de la photographie au quotidien Libération, il crée en 1986 l’agence VU, agence de photographes, puis en 1998, la galerie du même nom.
Directeur artistique des Rencontres d’Arles en 1997, membre de nombreux jurys internationaux, il a publié, entre autres, des ouvrages sur Bernard Faucon, William Klein, Anders Petersen, Isabel Muñoz, Christer Strömholm, Peter Beard, le collectif Tendance Floue, Juan Manuel Castro Prieto, la collection photographique de Marin Kartmitz. Il a publié aux éditions Actes Sud deux ouvrages de textes «Circonstances Particulières».
Il enseigne aujourd’hui à l’École Nationale Supérieure Louis Lumière, écrit, est commissaire indépendant pour de nombreuses expositions et dirige le festival Photo Phnom Penh qu’il a créé en 2008 au Cambodge. Il collabore régulièrement, depuis sa création à la programmation, à la carte blanche et à l’animation du festival Images Singulières à Sète.
Il assure la direction artistique du festival Getxophoto, qui se caractérise par des présentations dans l’espace public, près de Bilbao, au pays basque espagnol, jusqu’en 2015.